Ils ont écrit

Agnès, il a été mis un terme à ta vie terrestre, et sans toi, la battante, nous sommes à l'arrêt.
Mais n'est-ce pas une pause avant un nouveau voyage où tu vas nous entraîner ?

Agnès, tu n'as pu résister à une certaine tempête
et c'est comme un arbre qui se brise et nous écrase dans sa chute.
Mais tu es aussi dans toutes ces graines que tu as semées en nous pour les faire germer.

Agnès, nous n'entendrons plus ton rire et ta voix entraînante.
Et c'est maintentant un silence oppressant qui crie ta révolte.
Mais c'est aussi toi qui nous fait entendre et mesurer la fragile musique de la vie.
Merci Agnès. Pierre



Colère,

Dans le creux d’un silence
Foi
Dans le creux de l’absence
Toi, femme de Bonté
De Passion
Et d’Effroi

Dans les plis de l’errance
Le cœur s’épanche
Saigne les souvenirs
Les blessures d’enfance
Les déchirures incertaines
Sans avenir

Sur un pic de souffrance
L’amertume des colères
Des  paroles en l’air
Balayées d’un revers

Avec Des larmes hypocrites
Main sur le coeur
Main sur la terre
Ils voudront encore
Avec des fleurs
T’étreindre,
Et respirer ton souffle

Tu étais ce que tu étais
Une femme debout
Un femme courage
Une femme colère

Tu étais et tu resteras
Avec cette bonté claire
La paume ouverte
Au soleil
A la vie
Le cœur rentré
Secret
Quelque part, déchiré

En combattant toute ta vie
L’ignorance
Les fanatismes
L’intolérance
Femme engagée
Tu l’étais
Bien plus que nous tous

Puisses-tu là où tu es
Croiser tous les chemins d’espoir
De la Foi plurielle, et Renaître

Elodie, 13 mars 2008

Agnès, pourquoi est tu partie ainsi?
Pendant le temps du carême avant les Rameaux?

Depuis longtemps tu suivais le chemin de croix
Et tes pas ont trébuché plusieurs fois.

Toute ta vie tu as été du côté des "saintes femmes"
A cueillir les paroles de vérité et à panser les blessures
De tous ceux que tu rencontrais.
Tu sonnais la charge sur ceux qui se croient justes
En oubliant les plus petits et en s'accaparant les trésors de la foi.

Tu as osé franchir les frontières de la Judée
Et t'avanturer en dehors de l'Eglise
A la rencontre des autres croyants et des mécréants.

De combien, le sais tu, d'hommes et de femmes,
As-tu aidé à porter la croix ?
Combien de repas as-tu servis, de tables as-tu dressées,
et de messes as-tu animées ?

Alors, dis nous pourquoi est tu partie comme cela ?

Il a fallu que tu endosses aussi la part du mal
Qui habite en chacun de nous.
Tu souffrais tant de l'égoisme, des mesquineries,
De l'indifférence et du repli de notre monde
Qui atteignaient les tiens et les meurtrissaient.

Tu ne pouvais te résoudre à la médiocrité et tu t'es sacrifée
Dans un geste si brutal qu'il nous a tous sidérés.

Nous sommes là, Agnès et nous te demandons pardon
D'avoir trop chargé ta barque et de n'avoir pas su t'arrêter.

Pardonne nous nos offenses
comme nous te pardonnons de nous avoir quittés.

Nous croyons à la miséricore de Dieu,
A la communion des Saints
Qui nous unit au delà de la mort
Et qui nous laisse dans l'espérance
qu'un jour nous te retrouverons.

Amen. Une amie

Agnès qui a créé la Merci, en 1970,
( deuxième communauté de l’Arche en France, après Daybreak – Steven et Ann)
avec Adriano DA SILVA, son mari,

- Agnès et Adriano, avec notamment Jany Boever, le Dr Pujol, ont égalemement initié et soutenu dans les années 70
la création  et le développement des Communautés de Moïta (Arche de la Vallée) et de El Rusc (Tordera- Barcelona) -

a rejoint le Cœur du Père le 13 mars passé.

Jean Vanier, Bill Clark, et tant d’autres de l’Arche et d’ailleurs,
étaient présents à cet A-DIEU pour Agnès.
Nous avons prié ensemble.

Pouvez-vous le dire dans vos communautés pour

VOIR ... ECOUTER...PARTICIPER…PRIER...

Cher Adriano,

Je reviens d’une longue absence
et je reçois aujourd’hui ton message.

J’ai sû le passage d’Agnes…
Je n’ai pas eu la chance de la connaitre de près
mais j’ai été bénéficiaire de son, de votre, bel héritage
laissé à la Merci.

De cela je serai toujours
infiniment reconnaissant.

Je suppose que tu ré apprends à présent à vivre… autrement.
Cela ne peut être que difficile… Alors avec elle, avec tous, je prie pour toi.
Je te redis toute mon affection, Adriano. Patrick

Agnès, Dans le livre du prophète Michée, à la question  « quel sacrifice plait à Dieu », Dieu répond
On t’a fait savoir, homme, ce qui est bien, ce que Yahvé réclame de toi : rien d’autre que d’accomplir la justice,
d’aimer la bonté et de marcher humblement avec ton Dieu. (Mi 6,8)

C’était l’essence même de la vie d’Agnès :
vie tout entière donnée, à sa famille, ses amis, son église… et aux plus faibles aussi.
Elle avait acquis cette liberté des enfants de Dieu  de passer outre les conventions,
préjugés, rigidités, pour aller à l’essentiel : l’amour de l’autre, et le tissage de liens de fraternité.

Agnès était convaincue que la paix sur terre passait par l’interreligieux :
rencontrer l’autre dans sa différence, tant culturelle que religieuse, et l’accepter .
Pour faire tomber barrières. Pour que cessent la peur et les réactions de repli.

Agnès nous a ouvert un chemin en créant le groupe interreligieux « Inter Accueil en Essonne ».
Chemin qui nous a conduits vers d’autres groupes, aux Ulis ou sur le département,
et à aller rencontrer les résidents du Foyer Adoma des Ulis.

Sa passion et son enthousiasme étaient précieux pour nous tous.
La souffrance l’a emportée. Le vide qu’elle laisse est immense.

Bien que chaotique, ce chemin nous le poursuivrons. En mémoire d’Agnès, nous le devons.
Et parce qu’enfants d’un même Père, nous sommes tous frères en humanité.
Merci Agnès. Dany

Attentif à l’autre Tu es tel un apôtre.
Accroché vif de la vie
Tu sais être plus qu’un ami.

Pas un mot, juste un regard,
Avide de donner à tout être hagard.
Et tu t’étonnes comme un enfant,
Avec ton sourire apaisant.
Je ne fais rien, je ne suis rien
Et pourtant si, tu sèmes le bien.

Celui que l’on ne peut acheter
Celui qu’insouffle la sainteté,
la bonté et la dignité.

A l’image de Jésus,
Tu ne sais te révolter
Que contre des paroles décousues
En portant dans ta vie
Tous les fardeaux des amis
Sans jamais oser te plaindre
Des réalités et tes soucis.

Hagard du départ d’Agnès
Tu vas concélébrer des messes
Continuant ce destin
Choisi à deux pour servir Dieu.

L.(une amie)

Merci à toi Adriano
D’être telle la clef de Do
Un référent pour l’harmonie
Un guide pour la vie.

Merci à ton couple
Qui insuffle aux autres
Depuis quarante ans
Le don de soi aux autres
L’accueil aux plus démunis
L’Evangile inculquée dans la vie.

Et dans ce don, son nés vos enfants
Incrédules et inquiet de voir leurs parents
Toujours ouverts aux autres
Suivant le chemin des Apôtres.

Sûrement trop dur pour eux
D’avoir des parents rayonnants
Ils ont choisi le chemin de pitié
Croyant trouvé votre amour
Sans voir que vous étiez
Pour eux la force de cette amour.

Agnès est partie
Sur le chemin de la vrai vie
Souffrant de l’abandon
Tel le pauvre démuni
Qui n’ose appeler son mari
Et les enfants sont las
Mais vos enfants sont là
Et ils attendent de toi
De leur insuffler une voie.

 

VOIR ... ECOUTER...PARTICIPER…PRIER...


Agnès, il a été mis un terme à ta vie terrestre, et sans toi, la battante, nous sommes à l'arrêt.
Mais n'est-ce pas une pause avant un nouveau voyage où tu vas nous entraîner ?

Agnès, tu n'as pu résister à une certaine tempête
et c'est comme un arbre qui se brise et nous écrase dans sa chute.
Mais tu es aussi dans toutes ces graines que tu as semées en nous pour les faire germer.

Agnès, nous n'entendrons plus ton rire et ta voix entraînante.
Et c'est maintentant un silence oppressant qui crie ta révolte.
Mais c'est aussi toi qui nous fait entendre et mesurer la fragile musique de la vie.
Merci Agnès. Pierre



Colère,

Dans le creux d’un silence
Foi
Dans le creux de l’absence
Toi, femme de Bonté
De Passion
Et d’Effroi

Dans les plis de l’errance
Le cœur s’épanche
Saigne les souvenirs
Les blessures d’enfance
Les déchirures incertaines
Sans avenir

Sur un pic de souffrance
L’amertume des colères
Des  paroles en l’air
Balayées d’un revers

Avec Des larmes hypocrites
Main sur le coeur
Main sur la terre
Ils voudront encore
Avec des fleurs
T’étreindre,
Et respirer ton souffle

Tu étais ce que tu étais
Une femme debout
Un femme courage
Une femme colère

Tu étais et tu resteras
Avec cette bonté claire
La paume ouverte
Au soleil
A la vie
Le cœur rentré
Secret
Quelque part, déchiré

En combattant toute ta vie
L’ignorance
Les fanatismes
L’intolérance
Femme engagée
Tu l’étais
Bien plus que nous tous

Puisses-tu là où tu es
Croiser tous les chemins d’espoir
De la Foi plurielle, et Renaître

Elodie, 13 mars 2008

Agnès, pourquoi est tu partie ainsi?
Pendant le temps du carême avant les Rameaux?

Depuis longtemps tu suivais le chemin de croix
Et tes pas ont trébuché plusieurs fois.>

Toute ta vie tu as été du côté des "saintes femmes"
A cueillir les paroles de vérité et à panser les blessures
De tous ceux que tu rencontrais.
Tu sonnais la charge sur ceux qui se croient justes
En oubliant les plus petits et en s'accaparant les trésors de la foi.

Tu as osé franchir les frontières de la Judée
Et t'avanturer en dehors de l'Eglise
A la rencontre des autres croyants et des mécréants.

De combien, le sais tu, d'hommes et de femmes,
As-tu aidé à porter la croix ?
Combien de repas as-tu servis, de tables as-tu dressées,
et de messes as-tu animées ?

Alors, dis nous pourquoi est tu partie comme cela ?

Il a fallu que tu endosses aussi la part du mal
Qui habite en chacun de nous.
Tu souffrais tant de l'égoisme, des mesquineries,
De l'indifférence et du repli de notre monde
Qui atteignaient les tiens et les meurtrissaient.

Tu ne pouvais te résoudre à la médiocrité et tu t'es sacrifée
Dans un geste si brutal qu'il nous a tous sidérés.

Nous sommes là, Agnès et nous te demandons pardon
D'avoir trop chargé ta barque et de n'avoir pas su t'arrêter.

Pardonne nous nos offenses
comme nous te pardonnons de nous avoir quittés.

Nous croyons à la miséricore de Dieu,
A la communion des Saints
Qui nous unit au delà de la mort
Et qui nous laisse dans l'espérance
qu'un jour nous te retrouverons.

Amen. Une amie

 
retour
haut de page

 
debut
ecrit

Agnès qui a créé la Merci, en 1970,
( deuxième communauté de l’Arche en France, après Daybreak – Steven et Ann)
avec Adriano DA SILVA, son mari,

- Agnès et Adriano, avec notamment Jany Boever, le Dr Pujol, ont égalemement initié et soutenu dans les années 70
la création  et le développement des Communautés de Moïta (Arche de la Vallée) et de El Rusc (Tordera- Barcelona) -

a rejoint le Cœur du Père le 13 mars passé.

Jean Vanier, Bill Clark, et tant d’autres
de l’Arche et d’ailleurs,
étaient présents à cet A-DIEU pour Agnès.
Nous avons prié ensemble.

Pouvez-vous le dire dans vos communautés pour

VOIR ... ECOUTER...PARTICIPER…PRIER...

Cher Adriano,

Je reviens d’une longue absence
et je reçois aujourd’hui ton message.

J’ai sû le passage d’Agnes…
Je n’ai pas eu la chance de la connaitre de près
mais j’ai été bénéficiaire de son, de votre, bel héritage
laissé à la Merci.

De cela je serai toujours
infiniment reconnaissant.

Je suppose que tu ré apprends à présent à vivre… autrement.
Cela ne peut être que difficile… Alors avec elle, avec tous, je prie pour toi.
Je te redis toute mon affection, Adriano. Patrick

Agnès, Dans le livre du prophète Michée, à la question  « quel sacrifice plait à Dieu », Dieu répond
On t’a fait savoir, homme, ce qui est bien, ce que Yahvé réclame de toi : rien d’autre que d’accomplir la justice,
d’aimer la bonté et de marcher humblement avec ton Dieu. (Mi 6,8)

C’était l’essence même de la vie d’Agnès :
vie tout entière donnée, à sa famille, ses amis, son église… et aux plus faibles aussi.
Elle avait acquis cette liberté des enfants de Dieu  de passer outre les conventions,
préjugés, rigidités, pour aller à l’essentiel : l’amour de l’autre, et le tissage de liens de fraternité.

Agnès était convaincue que la paix sur terre passait par l’interreligieux :
rencontrer l’autre dans sa différence, tant culturelle que religieuse, et l’accepter .
Pour faire tomber barrières. Pour que cessent la peur et les réactions de repli.

Agnès nous a ouvert un chemin en créant le groupe interreligieux « Inter Accueil en Essonne ».
Chemin qui nous a conduits vers d’autres groupes, aux Ulis ou sur le département,
et à aller rencontrer les résidents du Foyer Adoma des Ulis.

Sa passion et son enthousiasme étaient précieux pour nous tous.
La souffrance l’a emportée. Le vide qu’elle laisse est immense.

Bien que chaotique, ce chemin nous le poursuivrons. En mémoire d’Agnès, nous le devons.
Et parce qu’enfants d’un même Père, nous sommes tous frères en humanité.
Merci Agnès. Dany

Attentif à l’autre Tu es tel un apôtre.
Accroché vif de la vie
Tu sais être plus qu’un ami.

Pas un mot, juste un regard,
Avide de donner à tout être hagard.
Et tu t’étonnes comme un enfant,
Avec ton sourire apaisant.
Je ne fais rien, je ne suis rien
Et pourtant si, tu sèmes le bien.

Celui que l’on ne peut acheter
Celui qu’insouffle la sainteté,
la bonté et la dignité.

A l’image de Jésus,
Tu ne sais te révolter
Que contre des paroles décousues
En portant dans ta vie
Tous les fardeaux des amis
Sans jamais oser te plaindre
Des réalités et tes soucis.

Hagard du départ d’Agnès
Tu vas concélébrer des messes
Continuant ce destin
Choisi à deux pour servir Dieu.

L.(une amie)

Merci à toi Adriano
D’être telle la clef de Do
Un référent pour l’harmonie
Un guide pour la vie.

Merci à ton couple
Qui insuffle aux autres
Depuis quarante ans
Le don de soi aux autres
L’accueil aux plus démunis
L’Evangile inculquée dans la vie.

Et dans ce don, son nés vos enfants
Incrédules et inquiet de voir leurs parents
Toujours ouverts aux autres
Suivant le chemin des Apôtres.

Sûrement trop dur pour eux
D’avoir des parents rayonnants
Ils ont choisi le chemin de pitié
Croyant trouvé votre amour
Sans voir que vous étiez
Pour eux la force de cette amour.

Agnès est partie
Sur le chemin de la vrai vie
Souffrant de l’abandon
Tel le pauvre démuni
Qui n’ose appeler son mari
Et les enfants sont las
Mais vos enfants sont là
Et ils attendent de toi
De leur insuffler une voie.

 

VOIR ... ECOUTER...PARTICIPER…PRIER...
 
retour
haut de page

 
debut
Document sans nom